Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par GALLIEN

Sanvic est un ancien village rural aux origines anciennes remontant au 9ème siècle. Avant la guerre 14-18 Sanvic est encore un bourg autour de l'église St Denis et un conglomérat de hameaux dispersés et isolés les uns des autres jusqu'à la Mare Rouge.

Le bourg de Sanvic et ses hameaux environnants fin 19ème (carte de 1887)

 

En 1890 (la carte ci-dessus) Sanvic se résume au quartier de l'église, le quartier de Boulongne et les Chambres Brussailles (Oursel). Dès 1915-1920 Sanvic s'agrandit surtout vers l'est, un peu vers l'ouest autour du centre bourg de l'église/Boulongne. Son évolution urbaine continuera ainsi de s'affirmer, la commune passant progressivement d'une activité agricole et horticole à une l’urbanisation qui s’accélère avec de nombreux quartiers reprenant les noms des hameaux (Gosselin, Mare au Clerc, Vornier, Jambe de bois à l'est, Chambres Brussailles et Sous Bretonne à l'ouest du bourg) puis de nombreux lotissements pavillonnaires vers 1930 vendus par lots ''au gré des acquéreurs" tels que (Macé, Cavé verte, Vornier ouest, Plaine du Moulin, Côte Varin, Dubocage de Bléville, Renaissance, Beauséjour, Sans souci et bien d'autres comme le Clos de la Marne en 1934), le tout dans une urbanisation non planifiée, non programmée dont l'originalité du non rectiligne dérange certains partisans du rectiligne mais en a fait aussi l'attrait d'aujourd'hui par opposition au rectiligne et au géométrique.

A son rattachement à la Ville du Havre en 1955 Sanvic devient un quartier soumis au règlement d'urbanisme du PLU de la Ville du Havre jusqu'à présent très peu adapté et compatible pour prendre en compte les caractéristiques du quartier.

 

Héritage de l'urbanisme et de l'architecture de l'habitat sanvicais

 

Une analogie est clairement établie entre le quartier Sanvic et une typologie propre à ce quartier, ex-commune de Sanvic. On parle d'une « sanvicaise » pour désigner la maison type appartenant aux critères constructifs de la fin du 19ème début 20ème siècle. Ces vieilles sanvicaises sont réhabilitées au fur et à mesure et deviennent des référentes ayant traversé 100 à 130 ans d'âge.

 

La Sanvicaise est devenu le terme qui définit un bâti traditionnel d'origine propre au quartier que l'on retrouve sur Bléville, les quartiers d'Ingouville-Costière du Havre et Ste Cécile. Construites grâce aux briqueteries locales, ces maisons font partie des toutes premières constructions du siècle dernier principalement (1850-1930)

 

la sanvicaise: source fiche recommandations de la VDH - Auteur Mathieu Durand et textes BVAS

 

Chaque maison est en général composée d’un rez-de-chaussée, d’un étage et de combles habitables équipées d'une typique lucarne dite 'lucarne pignon', c'est à dire dans le prolongement du mur de façade, à fronton triangulaire et à deux pans. Ces R+1+C de 9 à 10 m sont aujourd'hui majoritaires dans le périmètre du Bourg, si on exclu les quelques collectifs dont les élévations de 15m datent du début du rattachement au Havre dans la période 1960-1970 post rattachement au Havre.

 

La sanvicaise est typiquement bâtie en limite Nord de la parcelle, mono-orientée, elle peut ainsi bénéficier au maximum de son jardin et de son ensoleillement. Son intimité est renforcée soit par des clôtures opaques soit en tournant le dos aux rues soit en étant au bout d'une impasse.

 

Cet habitat en briques souvent montées en polychromie de briques rouge et briques jaune allant du petit collectif en passant par la maison basse rdc+ combles, à la maison un étage + combles, jusqu'aux grandes demeures bourgeoises. L’ensemble de logements s’organise alors selon des principes constructifs : orientation Sud, alignements des constructions et répétitions de façades.

 

L’ensemble du quartier répond à une trame parcellaire originale liée aux anciens découpages des terres agricoles et des chemins vicinaux. Cette trame de parcelles étroites et profondes est propre à ce quartier.

 

Morphologie de la maison Sanvicaise

La qualité architecturale, urbaine et paysagère sur Sanvic passe par une notion d'architecture vernaculaire c'est à dire d'un type d'architecture propre à ce territoire. Elles se rapportent à la typologie encore dominante dans un périmètre qui s'apparente aux limites de la commune 1900, qui atteste de la période d'origine de Sanvic fin 19éme et début 20éme et contribue à l'âme du quartier.

 

 

Description de l'architecture vernaculaire sanvicaise

 

1 Plafonnement des hauteurs du bâti :

Nature d'habitat : C'est un habitat diversifié très majoritairement de petite dimension, habitat de maison de ville, ou d'individuel isolé ou individuel jumelé ou accolé.

Il comporte de façon diffuse sans délimitation spatiale :

-soit 2 niveaux en R+1 sous comble (R+C)avec ou sans sous sol (plafonné 9m maxi)

-soit 3 niveaux en R+2 (R+1+C) sous comble (plafonné 12m maxi)

Toutes les constructions comportent des volumes habités sous comble, qu'elle soit du type ouvrière R+1 sous comble ou maison R+2 sous comble. Ces volumes sont éclairés par des lucarnes pignon large

2- Toitures

Elles sont au moins à deux pans entre 40 et 50% préférentiellement longitudinaux et éventuellement transversaux dans le cas des maisons-pignon. Les matériaux sont dans les nuances de gris ardoises. Elles peuvent comporter des pans à la mansart. Les toitures plates ou faible pente en zinc sont réservées aux extensions en rdc. Les ouvertures en toiture à deux pans longitudinaux devront être en lucarne- pignon large (selon croquis référents). Au delà d'une ouverture lucarne pignon l'éclairage des combles est assuré par châssis lanterneaux. Les combles mansardée 'à la mansart' seront éclairées par des lucarnes à fronton triangulaire.

Enfin dans le cas d'une maison dite pignon les combles sont éclairées d'une lucarne à pignon centrale. Les panneaux solaires suivront la pente des pans.

 

 

3- Expression des façades

Les constructions par leur composition procèdent du rappel des constructions types. Le pourcentage des briques ou briques de parement sera de 20% à 100% des surfaces de façade. Les maçonneries sont jointoyées à la chaux.

et détails architecturaux des façades

  • les façades comportent des corniches maçonnées sous gouttière

  • balcons sont rares et en bois ou en ferronnerie ouvragée en fonte

  • les ouvertures sont plus hautes que large avec garde corps en ferronnerie ou le plus souvent en fonte

  • les volets sont en bois battants ou en persienne quand l'ouverture est équipée de garde corps

  • les pignons et façade arrière sont en essentage en ardoise

  • les enduits sont à la chaux de nuance claire dans les beiges, blanc cassé et ton pierre.

 

4- clôtures

Elles font 1,80 m en limite séparative parcellaire souvent en briques sur chant, 2,00 en limite de rue souvent pour moitié en ferronnerie et dans dans certains cas face au trafic de la circulation elles font jusqu'à 2,50, parfois d'avantage. Elles étanchent l'espace privé.

5 -Implantations

Les bâtiments seront implantés selon les alignements dominants parallèles tantôt aux voiries tantôt au plein sud, soit en limite de propriété côté rue soit en fond de parcelle toujours pour exposer la façade principale plein sud. Les alignements d'implantations sont en limite de rue quand la façade sud tourne le dos à la rue.

 

6 - Les jardins

Ils sont soit devant ou derrière la maison découpés en bande de terre plus longue que large souvent fermés au regard passant. Ils comporte des arbres fruitiers comme un rappel au passé agricole et de vergers de cette commune rurale. Ils sont généralement accessibles par une porte pleine bois encadrée de deux pilasses ouvragées hautes en maçonnerie briques, parfois par un portail en ferronnerie pour les plus grandes demeures.

 

-O-O-O-O-O-O-

 

Nous l'avons compris l'ensemble des composants que sont matériaux naturels (briques, menuiseries bois, ardoises), les implantations diffuses, les alignements fréquents, les hauteurs réduites, modénatures ouvragées de façades, toitures à pans, ouvertures aux proportions hautes, jardins secrets, clôtures opaques souvent briques parfois briques et silex, font de la Sanvicaise un modèle typique et omniprésent dans le périmètre du vieux bourg. Son inspiration est le reflet d'une époque vivante sous nos yeux en rappel de l'âme villageoise qui a régné et qui règne encore, dont nous avons le devoir de préserver et surtout valoriser comme une richesse, un patrimoine avec les outils d'urbanisme modernes dont nous disposons, les OAP patrimoniales en particulier et dont nous avons le devoir d'utiliser pour prolonger l'esprit du village Sanvic dans la modernité du XXI ème siècle

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jaboss 01/06/2019 22:07

Merci pour ce descriptif assez complet. Petite question : en quoi sont les planchers et escaliers de ces maisons SVP (je suis en train de rénover la mienne).

PG 03/06/2019 06:49

Bonjour Les matériaux intérieurs ne sont pas inscrits dans les prescriptions.
Néanmoins pour faire un rappel indicatif oui vous avez raison on pourrait ajouter pour les planchers bois les matériaux anciens que sont le pichepin ou encore surtout pour les escaliers le sapin du nord (sapin résineux à veine rouge) mais je doute de la disponibilité de ces matériaux anciens. Pour les sols des pièces de jour étaient soit en carreaux de ciment à motif (ce matériaux revient à la mode) ou le classique carreaux de terre cuite 16x16.
Bien cordialement

Vanhaecke 17/03/2019 11:42

Merci pour toutes ces informations !