Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par GALLIEN

PROPOSITIONS pour la revitalisation du Centre-bourg de SANVIC :

Elles se déclinent en 5 nouvelles fonctions pour le quartier

 

  1. Jules Ferry et jean Zay, on regroupe les deux groupes scolaires en un seul lieu dans un établissement de qualité.
  2. Place Poincaré, on redistribue les espaces, on déplace le parking, on l'agrandi et on réaménage la convivialité centrale.
  3. Rue Romain Rolland, on protège les piétons en agrandissant leur espace réservé,
  4. Place de l'église, on réaménage le parvis et la Place Chandelier et on conforte le commerce.
  5. Enfin, rues L. Leprévost et A. Copieux, on créé un corridor piétonnier reliant les Jardins suspendus à la place de l'église, un atout supplémentaire pour la centralité du quartier.

 

Le principe général de la proposition consiste en premier lieu de repenser les deux groupes scolaires du primaire Jean Zay et Jules Ferry en un seul sur le site de Jean Zay avec 12 à 14 classes pour plus de 300 élèves ce qui aurait pour effet de libérer l'équivalent de 4500 à 5000 m² de surfaces publiques et de requalifier les surfaces du secteur et fournir des fonctions de revitalisation nouvelles, telles que l'amélioration sensible du stationnement, la création d'une ambiance arborée et végétalisée qui fait aussi cruellement défaut actuellement.

Le site Jules Ferry totalement libéré permettrait pour un tiers de la surface de créer un nouveau parking ce qui permettrait de supprimer les stationnements longitudinaux et en conséquence d'élargir les trottoirs et sécuriser les piétons de la rue Romain Rolland, piétons qui pourraient se réapproprier de trottoirs sensiblement modifiés en largeur.

Enfin pour achever le caractère central on réaménagera le secteur de l'église Saint Denis de Sanvic pour conforter le commerce de proximité, véritable moteur de la vie d'un quartier et on reliera ce parvis aux jardins suspendus pour renforcer la centralité.

 

En bleu les surfaces concernées par un réaménagement

1  -  On créé un nouveau groupe scolaire

Les deux établissements existants :

  • Jules ferry  (5 classes, 140 élèves) architecture inachevée des années 70

  • Jean Zay  (6 classes, 150 élèves) héritage d'un budget minimaliste donnant une architecture 'indigente'

Le projet de groupe scolaire unique devra donc comporter idéalement 14 classes (effectifs en hausse) sur deux niveaux (les petits en rdc, les plus grands à l'étage). Son architecture sera retenue pour ses qualités de requalification du Centre-bourg de Sanvic en prolongeant les particularisme du village et en étant en harmonie avec la typologie de Sanvic fin 19éme (toiture double pente, grands châssis et rappel des façades de briques) 

Exemple de construction contemporaine qui n'est pas sans rappeler la modénature de l'ex école Jules Ferry à Sanvic et qui peut convenir comme modèle pour le nouveau groupe scolaire

Son emprise contient, tous équipements confondus avec préau, cantines, cour et terrain de sport, dans un 5000 m2. Sur une parcelle qui fait en réalité plus de 7000 m², la différence  serait affectable en parking public de 80 places (25m²/ VL)

Ce nouveau parking de capacité supérieure à l'actuel de 30% (le 60 VL devient un 80 VL) n'impacte pas les espaces centraux piétonnisés, libérés de tout stationnement. Ce parking situé rue Lamoricière (sud) sera d'un accès commode par la Place Poincaré donc à double sens jusqu'à l'entrée du parking et sera conçu pour recevoir aussi les parents d'élèves véhiculés au droit du portail du nouveau groupe scolaire de sorte que l'impact de ces stationnements soit inexistant sur la circulation et que la sécurité des élèves soit optimale.

 

2 - On libère la Place Poincaré

Du fait de la création du nouveau parking, la Place Poincaré serait libérée de la présence des voitures pour la transformer en espace convivial , végétalisé et affecté en secteur piéton (allée piétonne et marché):

  • un axe piétons cadré par un mail planté de deux rangs de platanes

Au Conseil de quartier du 18 oct 2018 il a été dit : ''Poincaré c'est un grand parking sans arbres ! ". Lors d'un sondage de rue il nous a été répondu   sur l'impression laissée par la Place Poincaré  “ qu’est-ce que vous voulez faire ici, on y va pour acheter le pain”, ou ceci :  “ La place est vide, totalement vide, c’est un fait.”, ou encore « La place est un parking en dehors des jours de marché, pas grand chose à voir sinon »

 

Cet espace morne doit être réaménagé en espace mail planté. Il est possible de planter une douzaine de sujets espacés de 9 m entre eux) pour rejoindre les deux extrémités plantées existantes.  Ce mail d'arbres d'espèce haute servira aussi à compenser (en partie) les pertes en arbres de qualité dans les diverses opérations immobilières du quartier (il y eu environ 30 abattages répartis dans les deux décennies pour permettre des nouvelles constructions en particulier des immeubles)

exemple d'aménagement de convialité (Nouvelle place Danton)
exemple d'aménagement de convialité (Nouvelle place Danton)
  •  un espace dédié au marché et 'sérénisé', que l'on conforte en surface. Le marché apporte de la vie et de la vitalité au quartier qui elle même rejailli positivement sur la clientèle des commerces de proximité. Un déclin du marché aurait un impact préjudiciable sur les commerces environnants donc indirectement sur le quartier entier. Il faut donc réhabiliter cette place en lui procurant un ancrage fort de marché hebdomadaire le long d'un couloir central protégé et ombragé par un nouveau mail planté de platanes. On se dote aussi d'un marché couvert de 300 m² env. pour les commerçants producteurs mais aussi les vides greniers, vide garages .. tout ceci en dehors des jours de marché. Cet espace pourrait être conçu comme un petit marché couvert du type couloir central couvert, on a la place pour le faire, une fois le parking déplacé.
  • Les 3 cases de stationnement limité pour les commerces rue Romain Rolland (ouest) entre le giratoire et la rue Lamoricière doivent être maintenues voire complétées en nombre mais toutes équipées avec des bornes automatiques 20 min étant donné que les emplacements minutes sans borne ne sont pas respectés.
  • On élargi le trottoir nord de la rue Romain Rolland au droit de la place Poincaré
Trottoir nord de la rue Romain Rolland sous dimensionné

 3 - On protège les piétons rue Romain Rolland

  • On libère également la rue Romain Rolland pour le piéton (partie 'est' de la rue allant de la rue Dr Velpeau jusqu'à la rue du Dr Loir) en déplaçant le stationnement longitudinal de cette rue sur un nouveau parking de 30 places. Ce déplacement permet d'élargir sensiblement les trottoirs, très empruntés mais sous dimensionnés donc dangereux. Les bus frôlent les bordures de trottoir sur lesquels les piétons peuvent être tentés d'emprunter la chaussée pour passer à deux de front ou de face. La situation est accidentogène pour le piéton. Grâce à la suppression des stationnements longitudinaux, les trottoirs gagnent en largeur : ils sont confortablement portés à 2m30 sur le trottoir nord et 1,5m sur le trottoir sud.

l'espace trottoir accidentogène de la rue Romain Rolland
  • On réaffecte la parcelle de l'école Jules Ferry pour créer :

  • Un nouvel ensemble immobilier d'architecture compatible avec la typologie sanvicaise par des constructions du type maison de ville ou maisons individuelles sur un ensemble de plus de 1000 m² au sol. Il sera tenu compte du rôle central de ce projet immobilier et ses critères architecturaux rappelleront de façon contemporaine la typologie du Sanvic du siècle précédent.

  • Un nouveau parking de 30 VL soit env 800 m² de capacité suffisante pour se substituer au stationnement longitudinal supprimé rue Romain Rolland.

 

4 - On fait place neuve pour le parvis de l'église Saint Denis

 

  • On repense l'usage de la place de l'église en prévoyant un nombre suffisant de bornes de stationnement limité à 20 min ou 30 min (10 bornes au total). Il s’agirait d’éloigner un certain nombre de véhicules ventouses du parking de la Place Chandelier (24 places en épis) pour faire de cette place un véritable outil favorisant ce lieu de vie et commercial qui gravite autour de l'église.

    Ces stationnements limités à 30 min vont générer un apport sensible de clientèle (boucherie, laboratoire, boulangerie, banques, fleuristes ..). Les espaces non dédiés en parking seront aménagés en élévation pour empêcher les stationnements hors cases.

 

  • On repense l'aspect de la place de l'église avec un parking de niveau, (2m de faux niveau réduit à 0,80m pour faire 1cm/m ,) on revégétalise avec 6 arbres du type platane (absence de résine sur les carrosseries) et on aménage des bacs maçonnés en briques et silex le long de l'église pour fleurir les abords. On prévoit une ouverture large de la place sur la rue Irène Joliot Curie avec de grandes marches en gradin et briques rouge (10 m de large).
    Enfin on marque la centralité du bourg avec une placette de type village (fontaine, bancs) face aux marches. Enfin on soigne la qualité du sol avec du pavé de rue traditionnel en rapport avec le site patrimonial de l'église.
exemple référent d'aménagement de parvis

 

exemple référent d'aménagement de parvis

 

exemple référent d'aménagement de parvis

5 - On raccorde les jardins suspendus au quartier

  • On aménage un cheminement dédié et protégé piétons (garde corps) assurant la liaison entre l'église et les Jardins Suspendus par l'entrée nord du Fort. On institue un porche nord du même type que le porche sud pour marquer l'accessibilité du Fort par le quartier  qui pour l'instant lui tourne le dos. Rappelons que  le Fort est doté d'un commerce intermittent qui pourrait contribuer à l'animation commerciale du quartier.
    le chemin d'accès nord des Jardins suspendus à prolonger jusqu'à la place de l'église
    La porte nord des jardins suspendus tournée vers le quartier de Sanvic
    Le chemin de l'accès nord des jardins suspendus

     

6 - On classe le coeur du quartier en AVAP

  • On classe le patrimoine bâti de ce secteur qui borde la rue I. J.Curie et  qui est le modèle et la mémoire historique du centre de Sanvic en AVAP, pour une mise en valeur pérenne de ce secteur, à préserver dans son expression architecture originelle par des  reconstructions à l'identique des façades en cas de réfection, reconstruction ou démolition

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article